DEAR DIARY~1

9 janv. 2022

Salut, salut. 

 

Voilà, c’est un peu étrange, un peu gênant de revenir comme ça, après si longtemps. Elle n’a jamais disparue l’envie d’écrire, d’avoir à nouveau mon petit blog comme si on était mid-2010. J’étais bien partie fin 2020 pourtant, avec un nouveau blase, une belle photo de profil, une énergie et une motivation sorties d’on ne sait où. On connaît la suite : absolument inexistante.

 

L’année dernière a été étrange. Des changements que l’on n’espérait plus, une énorme tristesse, des rencontres très cools, de la fatigue et du fun, le tout dans le merdier sans nom qui ne nous épargne pas une seconde depuis presque deux ans ; j’en ai émergée sens dessus-dessous. Que raconter quand on a la tête et le cœur à l’envers?

 

J’en sais toujours foutre rien ; je n’ai pas eu d’illumination, pas vécu de grande révélation. Je me suis juste dit que j’allais vous raconter mes semaines. Il ne se produira probablement pas grand chose d’exceptionnel, on passera peut-être un bon moment, et avec un peu de chance ça nous amènera quelque part.  

 

Cette semaine a commencé par le premier jour et la première gueule de bois de l’année, un réveil tardif, une pizza industrielle, les fins de films qui passent à la télé, le tout sans quitter le canapé. Si c’est pas du self care ça, je sais pas ce que c’est.

Vous avez vu le TikTok du vieux qui va faire sa ballade en tirant la gueule, pour sa « stupid mental health »? Voilà ce que j’ai fait dimanche, entre deux épisodes de la deuxième saison de This Is Us, la série qui te donne envie de tout débrancher chez toi.

Lundi était mon jour off, et on en a profité pour aller pique-niquer tout au bout du monde (du Cap-Ferret). Les journées en amoureux, c’est ce que je préfère. On se marre, on se balade, on pense à l’été, on se moque des gens en doudounes, on fait des projets. La journée s’est achevée devant un ciel rose irréel. Comme un rêve.

J’ai repris le travail mardi, après cette trêve de fin d’année, avec le sourire. Oui! C’est vrai! J’aime tellement mon nouveau boulot! Je suis bibliothécaire jeunesse depuis juillet et clairement, après plusieurs années professionnelles compliquées (pour pas dire merdiques), je vis ma meilleure vie. Et pour couronner le tout, j’ai une nouvelle collègue depuis mercredi, attendue comme le messie depuis septembre, et elle semble aussi pro que cool ; je suis ravie. 

Mercredi soir étant the new friday, j’ai fêté le fait que je réussisse un Dry January à peu près une fois tous les 5 ans en buvant des bières avec mes copines et copains, pas vus depuis Noël à cause de celui-dont-on-tait-le-nom.

Jeudi, j’ai fait une soupe avec de la patate douce, de la courge butternut, du potiron, une carotte, un peu d’ail, servie avec des toasts au chèvre chaud et au miel des Landes. C’était fameux.

Vendredi, mon amoureux m’a rejoint après le travail et nous sommes allés voir Licorice Pizza, de Paul Thomas Anderson. La séance manquait cruellement de pop-corn mais j’aurais aimé que le film ne s’arrête jamais : tellement de douceur et d’émotions dans la lumière dorée californienne.

Et nous voilà samedi, dans le bus en direction de Bordeaux pour aller fêter l’anniversaire de ma copine Cora. J'ai mis mon rouge à lèvres préféré, j'ai un coca zéro bien frais dans mon sac, un album cool (Alien Boy un "loud gay band" de Portland) découvert récemment dans les oreilles. Ça va être une bonne soirée.

 



 

 

1 commentaire